Le groupe était vaguement stable autour de Lou Barlow (basse-chant) et d'Eric Gaffney (guitare), mais cela restait quand même à donf le projet de Barlow. A savoir musique lo-fi jouée et enregistrée dans la cuisine, dissonances à tous les étages, faites exprès si possible pour torturer les oreilles. Mais dissonances ne veut pas dire bruit, bien qu'il y ait eu beaucoup de bruit. Sebadoh créait des pop-songs, de vraies pop-songs avec couplet/refrain, des machins à fredonner, même s'ils s'amusaient à les briser régulièrement par des larsens plus fort que les autres ou des beuglements hardcore.

Au meilleur de leur forme, citons 3 albums : III en 91, Rocking The Forest en 92 et Bubble & Scrape en 93. Après, ça s'est un poil calmé, mais quand même. Quoiqu'il en soit, on avait à boire et à manger dans Sebadoh : rage et colère, dépression suicidaire, fun et délire, ennui et grisaille, chaque morceau devait être fait en fonction de l'humeur du moment, et ils le faisaient bien.

En écoute deux titres de Bubble & Scrape, un album que j'ai usé jusqu'à la racine.

Sacred Attention (tube pop) :

Emma Get Wild (vague morceau pas fini) :