Non. Je vous explique.
Ce matin, à l'issue de mon palpitant voyage quotidien avec les Réseaux Express Régionaux, j'arrivais Gare de Lyon frais et pimpant comme un gardon. Ou presque, car j'avais écouté dans le train le premier album de Cure (ce qui faisait très longtemps), suivi du premier album des Passions, le merveilleux "Michael & Miranda".
L'esprit embrumé par une déprime toute années 80, je décidai de continuer sur ma lancée revival vieux machins pour le reste de mon trajet, à savoir l'utilisation des voitures souterraines mis à ma disposition par la Régie Autonome des Transports Parisiens. Mon choix se porta sur les Psychedelic Furs, excellent groupe qui fut l'un des rares à concilier psychédélisme et new-wave, et qui hormis une erreur de parcours en 1987 ne pondit que des albums d'une grande qualité.

Je ne sais pas si c'était la musique des Psychédélic Furs, mais tout avait l'air bizarre. D'abord, il y eût plusieurs bonnes soeurs qui marchaient au ralenti parmi la foule des vacanciers stressés. A la sortie du train, je vis également un vieux type (qui soit avait l'air plus vieux que son âge, soit était vraiment vieux) qui portait un superbe T-shirt Joy Division. Un peu comme si votre père portait un tutu quoi, ça faisait bizarre. Ensuite, j'ai croisé successivement en traversant la guerre, 4 mecs portant chacun un T-shirt Iron Maiden, mais tous différents (les mecs, comme les T-shirts). Très curieux non ? A la sortie de la gare, enfin, un mec portant un T-shirt AC/DC.

Chemin faisant mon esprit malade tourbillonnait : pourquoi tant de T-shirts Iron Maiden en si peu de temps ? Iron Maiden était-il le nouveau phénomène de société dont se gaussait la jeunesse française ? Que penser de tous ces T-shirts, car enfin même si Iron Maiden, pépés quinquas, se sont reformés aujourd'hui, ils ne sont pas les seuls, alors sont-ils si méritants que cela ? Peut-être même que les bonnes soeurs étaient là pour Iron Maiden, peut-être portaient-elles, elles aussi, un T-shirt Iron Maiden sous leur ensemble gris ?

Voilà, je vous laisse partager mes réflexions d'un matin de juillet comme les autres, et je vous offre deux vieux trucs des Psy furs que j'adore (non, pas Pretty In Pink, leur tube tubesque) :

Mrs Jones (1981) :

President Gas (1982) :